• La résilience par le sport: un merveilleux malheur

    Voici un article du MONDE montrant que le handicap peut devenir une force pour ceux qui parviennent à le gérer. Les champions handisport viennent le prouver.

     

    Ces héros du HANDISPORT

    Jusqu’au 18 septembre, le handisport est sous les feux de la rampe avec les Jeux ­paralympiques de Rio. Comment des champions comme Marie-Amélie Le Fur et Timothée Adolphe (athlétisme) ou Sandrine Aurières-Martinet (judo), trois des 126 sportifs que compte la délégation française au Brésil, sont-ils parvenus à de tels niveaux de performance compte tenu de leur handicap ? En quoi le sport leur a-t-il permis de devenir résilients ? Pour répondre à ces questions et à bien d’autres, le psychologue Hubert Ripoll, ex-président de la Société française de psychologie du sport, a interrogé 24 sportifs de haut niveau dans différentes disciplines, atteints de handicaps de naissance ou acquis, physiques ou sensoriels.

    « Je me suis toujours demandé pourquoi certaines personnes handicapées se dressent pour atteindre des étoiles alors que d’autres, valides, ne peuvent seulement imaginer qu’elles existent », justifie l’auteur, dans la préface de son ouvrage La Résilience par le sport. Au fil des entretiens avec ces champions d’exception, il a cerné « leur personnalité, leurs motivations, leurs valeurs, leur environnement familial ou en centre de soins, leurs rencontres fondatrices, la façon dont s’est effectuée leur première relation avec le sport, leurs échecs et leurs victoires, les trajectoires accomplies pour faire quelque chose d’important de leur handicap ».

    Maîtrise et accomplissement

    Les résultats de son enquête sont passionnants. Premier constat, ces personnes ont en commun d’avoir été accompagnées, le plus souvent par leurs parents, quelquefois par des substituts. « Il faut voir en cela la principale source de leur résilience, confirmant le propos de Boris Cyrulnik, selon qui aucun enfant ne peut devenir résilient seul mais doit trouver autour de lui une bulle affective », souligne Hubert Ripoll. Autre découverte, les sportifs handicapés, généralement orientés vers des buts de maîtrise et d’accomplissement plutôt que de satisfaction de leur ego, résistent mieux à la pression que beaucoup de leurs homologues valides.

    « L’objectif, c’est de me dépasser moi-même (…). Je considère plus mes concurrentes comme des compagnes de jeu, car, sans elles, je n’existe pas (…). Je n’ai pas besoin d’être supérieure à l’autre et le dominer pour m’accomplir », raconte ainsi Nathalie Benoit, championne d’aviron, atteinte de sclérose en plaques. Des enseignements que les sportifs valides et plus encore leurs entraîneurs et coachs devraient prendre en considération, suggère M. Ripoll. Il montre aussi que les champions handicapés sont plus robustes « pour faire face à la victoire et à son cortège de contraintes sociales ». Des messages d’espoir pour les 12 millions de Français concernés par un handicap, dont un tiers pratiquent un sport. Et, pour tous, une belle leçon de sportivité et surtout de vie.

    La Résilience par le sport, de Hubert Ripoll (Odile Jacob, 150 p., 19,90 €)

    • image: http://s1.lemde.fr/image/2014/06/18/24x24/1100512598_4_c15a_1403103069796-cabut-sandrine-20131127-110931-2-3_3336c1c81364c42f9414cbf52fc3763d.jpg

       Sandrine Cabut
      Journaliste au Monde

    En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/sciences/article/2016/09/12/ces-heros-du-handisport_4996482_1650684.html#c4E6Q8ty7XY8jA1i.99
    « Qu'est-ce qu'un grand artiste selon Paul Diel?Ces lauréats du nobel qui ne le méritaient pas: Egas Moniz (prix nobel de médecine en 1949) »
    Yahoo!

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :