• Cet essai d'Olivier Clerc, intitulé LE TIGRE et L'ARAIGNEE, tente d'expliquer les différents types de violence à l'oeuvre dans la société. Les violences manifestes, d'une part, comme celle du Tigre et celles plus sournoises, d'autre part, cachées, à l'image de l'Araignée qui tisse sa toile pour mieux emprisonner sa victime. Olivier Clerc met en évidence la violence qu'il peut y avoir parfois à forcer les gens à prendre des neuroleptiques. Bien sûr, ses remarques ne doivent pas pousser les malades à abandonner ce soin, mais simplement à mettre des mots sur ce qui, dans certains cas, peut être assimilé à une prise de pouvoir par la force.

     

    "En psychiatrie, plusieurs procédés utilisés à l'encontre des malades mentaux, des "fous" comme on disait autrefois, relèvent de la violence de l'Araignée. C'était certainement le cas de ces cages dans lesquelles on enfermait autrefois certains d'entre eux, ainsi que divers procédés utilisés pour limiter, contraindre, bloquer ou enfermer ces malades (ex: la camisole). Dans quelle mesure et dans quels cas ces moyens doivent ou non être considérés comme arachnéens? C'est ce que nous avons vu dans la parenthèse: "C'est la dose qui fait le poison."

      Dans cette section, nous nous arrêterons sur un traitement réalisé en psychiatrie, dont la dimension arachnéenne est dénoncée par de nombreux psychiatres renommés: les neuroleptiques, souvent qualifiés d'ailleurs de "camisoles chimiques". En effet, si la camisole de force empêchait le malade de bouger, les neuroleptiques, eux, aujourd'hui, le soumettent à une contrainte similaire, sauf qu'elle s'exerce directement de l'intérieur, par l'effet de substances chimiques qui agissent sur son cerveau et inhibent son comportement.

      Voici ce que dit l'un des plus actifs opposants à l'usage de ces substances, le Dr Lars Martensson, dans un article intitulé Le Sens de la vie effacée , dont nous reproduisons ci-dessous des extraits:

    "Le premier effet des neuroleptiques est l'indifférence physique. Celle-ci se manifeste par un "effet sédatif spécifique". Je suis éveillé mais passif. Je conserve encore globalement mes idées, mes valeurs, mes loyautés, mais seulement de façon passive, car je ne suis plus capable d'affirmer mes convictions, de les ressentir, de les préserver ou de les développer. [...]

    Le patient devient calme et passif. On considère cela en psychiatrie comme une "amélioration". Mais en réalité, l'apathie des patients reflète simplement le fait que les fonctions supérieures du cerveau ont été plus ou moins paralysées."

    Aux dires de leurs opposants, les neuroleptiques ne guérissent pas les malades auxquels ils sont administrés. Ils viseraient davantage le confort de ceux qui les entourent que le bien-être de ceux qui les prennent.Ils ont en outre de nombreux effets secondaires indésirables. De plus, sevrer un malade des neuroleptiques s'avère extrêmement difficile et certains malades ont beaucoup de mal à se remettre de ces traitements."

     

    Extrait du TIGRE ET DE L'ARAIGNEE, chapitre 7"Lumières sur quelques toiles", d'Olivier Clerc.

     

    En conclusion, l'auteur introduit une idée intéressante. Pour lui, le procédé devient arachnéen lorsqu'il s'agit de contraindre et de limiter pour détruire les facultés humaines de l'individu, afin qu'il laisse tranquille son entourage. Si en revanche l'intention est bonne, les résultats sont reconnus et acceptés par le patient, c'est qu'ils sont bénéfiques. Le procédé n'est alors plus à considérer comme arachnéen.

     

     

    Yahoo!

    votre commentaire
  • La communication non violente à l'épreuve de la "maladie psychique"

       Rosenberg dans la conférence que vous trouverez ci-dessous dans la vidéo n'aime pas le mot de maladie psychique. Il pense que ce que nous appelons "maladie psychique" est en réalité l'expression d'une souffrance qui peut être liée à notre éducation. La communication non-violente permet d'aborder les gens qui souffrent, sans les considérer comme des malades. On les considère donc comme des gens qui souffrent à cause d'une éducation malheureuse.

      Par une autre communication, on arrive à une guérison de l'éducation par laquelle ils sont passés. Il est important d'éduquer les gens en terme de ce qu'ils sont. Il faut aussi se demander comment sont les autres et s'ils sont ou non appropriés et ce que les autres pensent de nous. Eduquer les gens de cette façon-là fait de nous des gens morts-vivants. Faire de nous, des gens morts-vivants, c'est permettre à la société de faire de nous ce qu'elle veut. Quand les gens souffrent de vivre dans cette structure-là, on les déclare malades mentaux.

      Les êtres humains ont un côté violent et égoïste. On a tendance à vouloir contrôler les autres mais avec quels moyens? le système de la punition et de la récompense. Ce système entraine un système de jugements moraux (savoir ce qui est bon et ce qui est mauvais pour l'autre). Il faut que les gens se haïssent et se haïssent suffisamment pour avoir envie de changer.

      Rosenberg voudrait introduire une langue différente, qui rende la vie plus agréable. Cette langue met l'attention sur deux points:

    1)Qu'est-ce qui est le plus vivant en nous?

    2)Qu'est-ce qui nous rendrait la vie plus merveilleuse?

    3)Quels sont nos besoins?

    Des parents ont demandé à Rosenberg d'aller voir leur fille dans un hôpital psychiatrique. Cette jeune fille ne parlait plus depuis 3 mois. Les parents ont voulu voir si la méthode de Rosenberg pouvait marcher. Rosenberg demande qu'on sorte la fille de l'hôpital afin qu'il puisse parler avec elle. Pour lui, l'institution est négative. Rosenberg veut la voir afin de voir comment lui rendre la vie plus belle. Les parents ont amené la jeune fille. Ses yeux regardaient le sol et ses mains tremblaient. Que cette personne utilise des mots ou non, Rosenberg se met en lien avec ce qui est vivant en elle: ses sentiments notamment. Il a essayé de voir quels étaient ses besoins et non de la juger et de voir ce qui ne tournait pas rond en elle.

    Comme elle restait silencieuse, il a essayé de mettre en avant ce qui était vivant en lui. Elle ne répond toujours pas. Il a continué ainsi pendant 40 minutes. A la fin, il était éreinté. Il le lui a dit. Il a expliqué qu'il avait besoin de repos. Il lui a demandé si elle serait d'accord de revenir. Elle ne répond pas. Le 5ème jour, elle lui a envoyé un nouveau message non verbal: elle a détourné sa tête de lui en faisant un bruit. Il lui a demandé si elle ne voulait plus revenir. Elle a brandi son poing vers son visage. Elle avait un message dans sa main. Il a dû forcer ces mains pour ouvrir la main: "S'il vous plait, dites-moi ce qu'il se passe en moi." C'est cela le processus: rester en lien avec ce qui est vivant chez les autres, révéler ce qui est vivant en nous et ce qui nous rendrait la vie plus belle. Partager honnêtement ce qui est vivant en lui. Il en a parlé aux psychologues et psychiatres qui se sont moqués de lui. On lui a reproché de mettre en avant son narcissisme. Un médecin a critiqué ce reproche et a parlé de projection de la femme sur Rosenberg. La connexion qu'il établit avec ceux qui souffrent de maladie psychique n'est pas différente de celle qu'il établit avec les autres.

    Ce qui accélère le processus de guérison, c'est lorsque Rosenberg joue le rôle de la personne qui a fait souffrir le patient. Ce qu'il veut, c'est se mettre en lien avec l'humanité de la femme souffrant de maniaco-dépression. Il pense qu'il faut éviter de revenir sur le passé. Il croit que la guérison intervient lorsqu'on entre avec ce qui est vivant en nous aujourd'hui, en lien avec le passé. Avec la communication non-violente, il n'entend pas ce que les autres pensent de lui, uniquement ce qui est vivant en eux.

     

     

     

    Vidéo concernant le sujet:

     

     

    Yahoo!

    votre commentaire
  • Dans L'Apologie de Socrate, Platon fait parler le père de la philosophie, notamment lors du procès qui lui est intenté où Socrate est accusé de corrompre la jeunesse et de ne pas enseigner la religion d'Etat, alors qu'il apprend à tous l'esprit critique, fondamental en philosophie. Socrate explique qu'il entend souvent une voix qui l'aide à avancer sur le chemin de la vérité. Il invite à une forme d'humilité face au savoir et à la recherche de la vérité morale, à travers l'application de la vertu.Il est intéressant de voir que dans sa bouche, la notion de voix, n'a absolument rien de négatif, tout simplement parce que cette voix qu'il entend est constructive pour lui et pour les autres. Il sera cependant condamné à mort, à 70 ans,  pour avoir troublé l'ordre existant. Il acceptera cette mort avec sagesse. Platon parlera de ce procès, lui qui était présent lors de ce moment.

    Toutes les citations ci-dessous sont extraites de L'Apologie de Socrate de Platon, dans la traduction de Victor Cousin:

    Afficher l'image d'origine

    Concernant la voix qu'il entend (appelée démoniaque, au sens de génie, de force supérieure)

     

    "Ce phénomène extraordinaire s'est manifesté en moi dès mon enfance; c'est une voix qui se fait entendre que pour me détourner de ce que j'ai résolu; car jamais elle ne m'exhorte à rien entreprendre; c'est elle qui s'est toujours opposée à moi, quand j'ai voulu me mêler des affaires de la République, et elle s'y est opposée fort à propos (...)."

    "Aussi la voix céleste s'est tue aujourd'hui, et je n'ai aucun ressentiment contre mes accusateurs, ni contre ceux qui m'ont condamné (...)."

    Concernant Socrate:

    "Le plus sage d'entre vous, c'est celui qui comme Socrate reconnait que sa sagesse n'est rien."

    "Je ne cesse de vous dire que ce n'est pas la richesse qui fait la vertu; mais au contraire que c'est la vertu qui fait la richesse." (Socrate)

     

    Pourquoi Socrate fut-il condamné à mort et que répliqua-t-il? N'est-ce pas le résultat de la folie des hommes?

    "Socrate est coupable en ce qu'il corrompt les jeunes gens, ne reconnait pas la religion de l'état et met à la place des extravagances démoniaques."

    "Vous ne me faites mourir que pour vous délivrer de l'importun fardeau de rendre compte de votre vie."

    "Car si vous pensez qu'en tuant des gens, vous empêcherez qu'on vous reproche de mal vivre, vous vous trompez."

     

     

    Yahoo!

    votre commentaire
  •  

     

    Afficher l'image d'origine

    "Commence par faire le nécessaire, puis fais ce qu’il est possible de faire et tu réaliseras l’impossible sans t’en apercevoir." Saint François d'Assise

     

     

     

     

    Yahoo!

    votre commentaire
  •  

    Afficher l'image d'origine

     

    "Si on a déterminé d'avance sa conduite morale dans la vie, la peine de l'âme nous sera étrangère."

     

    CONFUCIUS, extrait de LA SAGESSE SELON CONFUCIUS (édition kindle)

    Commentaire

    Cette citation montre bien que la moralité et la droiture éloignent les maladies de l'âme. La spiritualité est source de santé.

     

     

     

    Yahoo!

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires