• La schizophrénie, c'est une maladie, ça n'est pas une personne (traduction d'un article écrit en anglais)

     

    Traduction d’un article écrit par un universitaire et auteur canadien qui souffre de la schizophrénie et qui continue à travailler et à vivre grâce à un traitement. Il insiste sur la nécessité pour l’Eglise d’accueillir les malades et de les encourager à poursuivre leur traitement.

     

    La schizophrénie, c’est une maladie, ce n’est pas une personne.

     

    Soutenez, ne fuyez pas une âme aux prises avec telle ou telle maladie mentale « et protégez-nous de toute angoisse »

     

    Par AUSTIN MARDON,

     

    En exclusivité pour WCR.

     

    Un des problèmes les plus graves que peut rencontrer une famille, c’est la maladie mentale. Lorsqu’un des membres de la famille est atteint d’une maladie physique grave, les amis de la famille, les voisins et les paroissiens se rassemblent pour soutenir la famille.Lorsque la maladie est la schizophrénie, cette générosité peut disparaitre subitement. Une mère qui apprend que son enfant est atteint d’une maladie mentale grave entame un voyage pour la vie le long d’un chemin que bien peu suivent.

     

    Tout espoir disparait

     

    Les rêves que fait toute mère pour son enfant, l’école, la carrière, le mariage et les enfants semblent devenir irréalisables.

    L’espoir et la foi peuvent en être les victimes.Vingt pour cent de l’ensemble de la population sera atteint d’une maladie mentale à un moment quelconque de sa vie. La maladie mentale est quelque chose de grave. Appartenir à une communauté de foi peut faire toute la différence entre la perte de tout espoir et le fait de pouvoir se charger d’un fardeau.

    Un des aspects les plus impressionnants de la schizophrénie, c’est qu’elle atteint un pour cent de la population. 40 pour cent des schizophrènes font une tentative de suicide et 10 pour cent la réussissent.Elle se caractérise par des hallucinations, des délires et des modifications de l’apparence des émotions pour les deux tiers des personnes qui en souffrent. Elle nécessite une prise de médicaments toute au long de la vie.

    Lorsque des rechutes surviennent, dans la majorité des cas, c’est le résultat de l’arrêt des médicaments. Ce que les communautés de foi catholiques peuvent faire de mieux pour venir en aide à un schizophrène, c’est de l’encourager à prendre ses médicaments afin qu’il reste en bonne santé.

     

    La Schizophrenia Society of Canada (SSC) (1-888-772-4673) et la Canadian Mental Health Association (CMHA) (1-416-484-7750) sont les deux plus importantes associations de défense et de soutien des familles et des victimes de la schizophrénie dans l’ensemble du Canada.

     

    Le Dr John Gray, président de la SSC déclare : « il est maintenant reconnu que la schizophrénie est une maladie du cerveau qui se soigne ». Pour beaucoup, afin de rester en bonne santé après un traitement initial, il faut des encouragements à la poursuite de la prise des médicaments.

    Robert Campbell, président national de la CMHA, dit que la schizophrénie est une maladie chronique qu’on peut traiter par des médicaments appropriés et par le soutien de la communauté.

     

    Ces deux agences nationales de santé mentale pensent que l’Eglise peut venir en aide aux personnes malades mentales par du soutien et en encourageant les familles à rechercher un traitement précoce.

    L’archevêque d’Edmonton, Mgr Thomas Collins, dit qu’il est important que les schizophrènes et leurs familles soient inclus dans la vie de l’Eglise.

     

    « Toutes les Eglises devraient s’informer et comprendre la maladie mentale et tendre la main à tous ceux qui souffrent ainsi qu’à leur famille pour les inclure dans la vie de l’Eglise », déclare Mgr Collins. « La schizophrénie est une maladie réelle et grave qui devrait susciter de la sympathie plutôt que de la peur.

     

    J’ai publié récemment un article dans la revue interne archidiocésaine Inter Nos qui est envoyée à tous les prêtres de l’archidiocèse.

     

    La médecine en plus de la spiritualité

     

    L’article est un guide pour les prêtres qui se consacrent à des schizophrènes qui ont interrompu leur traitement. Il faudrait les encourager à rechercher une aide tout autant médicale que spirituelle.

    Il est extrêmement important que les schizophrènes prennent leur traitement antipsychotique. On peut comparer cela avec les diabétiques qui doivent prendre de l’insuline. Ce sont deux maladies chroniques qui nécessitent une surveillance médicale toute la vie, une observation des traitements et parfois des hospitalisations. Ne pas s’y conformer peut entrainer des handicaps ou la mort.

    J’ai obtenu trois diplômes universitaires et j’ai été explorateur en Antarctique avant de souffrir d’un épisode de psychose schizophrénique en 1992. Depuis le diagnostic de schizophrénie, j’ai reçu trois décorations, j’ai publié plus de 100 articles dans des revues telles que Nature et Science et j’ai écrit plusieurs livres.

    J’ai aussi suivi une formation à distance pour obtenir un doctorat en géographie en dépit de la schizophrénie. J’ai pu réussir beaucoup de choses dans la vie parce que j’ai pris régulièrement mon traitement.

    Les autorités estiment qu’environ 30 pourcent des SDF sont atteints de maladie mentale grave. Cela représente un grand nombre de personnes à Edmonton qui compte 1900 personnes absolument sans abri.

    Quel potentiel est perdu par la société à cause de l’inobservance des traitements chez ceux qui souffrent de schizophrénie. Combien sont-ils ceux qui sont perdus à cause de cette tragédie qu’est la schizophrénie ? Est-ce que le Christ les rejetterait comme nous le faisons parfois ?

    (Austin Mardon est membre de la Schizophrenia Society of Canada et de la Canadian Mental Health Association, téléphone 780-378-0063.)

     

    Contact

     

    Austin Mardon
    http://www.catholic.org , CA
    Austin Mardon - Freelance Writer, 780 378-0063

     

    Email

     

    amardon@shaw.ca

     

     

     

    « L'importance de la motivation pour mieux vivre: Paul Diel, extrait de PSYCHOLOGIE DE LA MOTIVATIONLa Rochefoucauld, les MAXIMES, citation sur la maladie »
    Yahoo!

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :