• Voix dangereuses

    Un tribunal du Canada a décidé récemment de suspendre la surveillance d’une personne schizophrène qui avait tué et décapité une autre personne. Le schizophrène avait été déclaré non responsable de ses actes. Il avait affirmé avoir entendu la voix de Dieu qui lui commandait de tuer le passager du bus qui était assis à côté de lui. Il a été hospitalisé d’office pendant plusieurs années puis libéré mais sous supervision. La décision récente vient d’arrêter la supervision. L’article du journal (the Guardian) qui relatait cet évènement sous entendait que c’était là une sorte de scandale.

    Le problème est très délicat : comment aborder le problème de la responsabilité des malades qui entendent des voix qui leur ordonne de tuer et qui passent à l’acte.

    La famille de la victime ne veut pas entendre parler d’absence de responsabilité. La société civile s’est mobilisée ces dernières années pour rendre plus difficile la déclaration d’irresponsabilité et pour exiger des procès et des condamnations. On peut comprendre la réaction du public non informé quand il fait face à des crimes parfois horribles et toujours douloureux.

    Il devrait en aller autrement de ceux qui connaissent intimement le problème, qu’ils soient eux-mêmes malades, soignants ou experts. Ils savent que les voix envahissent le patient et qu’il est parfois totalement sous leur emprise. Il les entend comme celles d’une divinité invincible et toute puissante. Leur résister reviendrait à s’exposer à une punition d’une sévérité inimaginable.

    Il existe pourtant des degrés dans l’emprise qu’exercent les voix sur les malades. Certains parviennent à les ignorer sinon à les faire taire. Le processus est très mystérieux, personne ne comprend le mécanisme de ces voix ni leur origine. Le fait qu’elles tiennent des discours intelligents est pour le moins intriguant.

    On peut se souvenir des commandements que Dieu a révélé à Moïse :

    1- Tu n’auras pas d’autres dieux que moi. Tu ne feras aucune idole, aucune image de ce qui est là-haut dans les cieux, ou en bas sur la terre, ou dans les eaux par-dessous la terre. Tu ne te prosterneras pas devant ces images, pour leur rendre un culte. Car moi, le Seigneur ton Dieu, je suis un Dieu jaloux : chez ceux qui me haïssent, je punis la faute des pères sur les fils, jusqu’à la troisième et la quatrième génération ; mais ceux qui m’aiment et observent mes commandements, je leur garde ma fidélité jusqu’à la millième génération.

    2- Tu n’invoqueras pas le nom du Seigneur ton Dieu pour le mal, car le Seigneur ne laissera pas impuni celui qui invoque son nom pour le mal.

    3-Tu feras du sabbat un mémorial, un jour sacré. Pendant six jours tu travailleras et tu feras tout ton ouvrage ; mais le septième jour est le jour du repos, sabbat en l’honneur du Seigneur ton Dieu : tu ne feras aucun ouvrage, ni toi, ni ton fils, ni ta fille, ni ton serviteur, ni ta servante, ni tes bêtes, ni l’immigré qui réside dans ta ville. Car en six jours le Seigneur a fait le ciel, la terre, la mer et tout ce qu’ils contiennent, mais il s’est reposé le septième jour. C’est pourquoi le Seigneur a béni le jour du sabbat et l’a consacré.

    4- Honore ton père et ta mère, afin d’avoir longue vie sur la terre que te donne le Seigneur ton Dieu.

    5- Tu ne commettras pas de meurtre.

    6- Tu ne commettras pas d’adultère.

    7- Tu ne commettras pas de vol.

    8- Tu ne porteras pas de faux témoignage contre ton prochain.

    9 et 10 Tu ne convoiteras pas la maison de ton prochain ; tu ne convoiteras pas la femme de ton prochain, ni son serviteur, ni sa servante, ni son boeuf, ni son âne : rien de ce qui lui appartient. »

    Si une personne qui entend des voix lit cet article, il peut se rendre compte, à tête reposée, que Dieu ne lui commandera jamais de violer ces commandements. En particulier, Dieu ne commandera jamais de commettre un meurtre (commandement N° 5). S’il entend un tel ordre, il peut être certain que ça ne vient pas de Dieu mais du Malin qui se déguise.

    Peut-être aura-t-il un éclair de lucidité au moment fatidique et il pourra alors désobéir à l’ordre qu’il entend en sachant que cela ne vient pas de Dieu.

    On peut malheureusement supposer que la personne est parfois tellement perturbée qu’elle n’est capable d’aucun raisonnement et qu’elle n’est pas en mesure de dénier à la voix son caractère divin. C’est un cas terrible. On peut dire dans ce cas que la personne est vraiment irresponsable et qu’elle est sous emprise totale.

    Si l’emprise est partielle et si la personne a du temps devant elle ou une part de lucidité qui lui permet de raisonner encore un peu, elle peut se rappeler de ce commandement de Dieu et résister pour ne pas commettre l’irréparable.

     

    Que pensez-vous, vous qui connaissez bien le problème, de ces suggestions ? C’est un problème très délicat et il faut l’aborder avec beaucoup de précautions.

    « Citation de Sénèque sur la folie et la sagesseManon Corvoisier : chrétienne, bipolaire et surdouée »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :