• La maison du Docteur Edwardes (1945) d'Alfred Hitchcock

    FILM durant 1h46.

    Genre: thriller psychologique sur fond de psychanalyse

    L'amour sauve de la folie et guérit

    Citation mise en épigraphe du film:

    "La faute n'en est pas à nos étoiles; elle en est à nous-mêmes." William Shakespeare, Jules César.

    Attention! la lecture de cette analyse et de ce résumé dévoile des éléments du film. A lire après l'avoir vu!

    SYNOPSIS

    L'histoire évoque la psychanalyse, une manière de traiter les problèmes psychiques. Il nous est expliqué, toujours, en exergue du film, qu'une fois que le patient a réussi à évoquer ses problèmes verbalement, la confusion et la maladie disparaissent et les démons de la déraison sont enfin chassés de l'âme.

    Le docteur Constance Petersen travaille dans un établissement psychiatrique du nom de Green Manors, dirigé par le docteur Murchison. Ce dernier est sur le point de partir en retraite anticipée et doit être remplacé par le jeune et talentueux docteur Anthony Edwardes. Une fois installé, le nouveau directeur s’avère être un amnésique du nom de J. B., soupçonné d’avoir fait disparaître le véritable docteur Edwardes. Constance Petersen, qui en est tombée amoureuse, va l’aider à retrouver son identité. Ensemble, ils vont tenter de découvrir qui a assassiné l’infortuné docteur Edwardes.

    Le Docteur Edwardes a écrit "Le Labyrinthe du complexe de culpabilité". C'est le docteur Murchison qui en parle dans le film, dans l'ouverture (9 min). A table, on constate un coup de foudre -dans le regard- entre le Dr Edwardes et le Dr Petersen. Celle-ci explique qu'elle a une passion pour les sports d'hiver (11 min). M. Garmes souffre d'un complexe de culpabilité que le Dr Petersen tente de soigner: il est convaincu d'avoir tué son père et de mériter ses châtiments. Or, le Docteur pense que c'est faux, le crime n'a été commis qu'en pensée, selon elle. Anthony Edwardes propose  à Constance d'aller se balader. Ils tombent amoureux et Constance vient le voir le soir. Il lui dit ce qu'il ressent et des portes s'ouvrent à partir du front de Constance (images surréalistes qui renvoient à l'ouverture que produit l'amour en soi). Ils s'embrassent.

    Garmes a voulu tuer Fleurot et s'est tranché la gorge. Il est soigné en chirurgie.

    Le Dr Edwardes, depuis son apparition, ne supporte pas les fonds blancs striés. Il semble traumatisé par quelque chose de mystérieux. Il fait une syncope en salle de chirurgie, précédée d'un délire, et Constance décide de s'occuper de lui. Elle commence à avoir des doutes sur sa véritable identité en comparant deux signatures du Dr Edwardes. Elle le questionne et il lui explique , à son réveil, qu'il a tué le Dr Edwardes, mais qu'il ne sait pas qu'il est, souffrant d'amnésie. Il explique ce problème comme une "ruse de l'esprit pour se protéger de la folie."

    La maison du Docteur Edwardes (1945) d'Alfred Hitchcock

     

    Il ne parvient pas à se souvenir de qui il est, mais il a retrouvé un étui à cigarette dans la poche de son veston, contenant les initiales: J.B (Film: 30 minutes). Constance décide de l'aider pour tirer cette affaire au clair. Il lui écrit le lendemain une lettre pour lui dire qu'il ne veut pas la mêler à tout cela, qu'il s'en va à New York, à l'hôtel, à l'Empire State Hotel. Il l'aime et ne souhaite pas qu'elle souffre de cette situation. Toute l'équipe médicale est finalement alertée de l'usurpation d'identité par la secrétaire. En voyant la photo, ils constatent tous que le Dr Edwardes n'est pas J.B.

    Le Dr Murchison explique à l'équipe qu'il n'a aucun doute sur le fait que l'imposteur ait tué Edwardes. Il fait de lui  un paranoïaque assassin.

    Constance Petersen sait où est parti J.B. Elle souhaite le rejoindre et rencontre un détective à l'Empire State Hotel. "Vous attendez un monsieur, sans doute", affirme le détective, en ajoutant qu'il est "psychologue." Il l'aide à retrouver celui qui se fait passer pour John Brown. Constance  rejoint J.B en lui disant qu'elle est venue pour le protéger. Elle ajoute que c'est en qualité de médecin qu'elle l'a rejoint: "ça n'a rien à voir avec l'amour." A ce moment-là, il l'embrasse sur la bouche.

    Constance lui fait faire une séance de psychanalyse. Il est donc allongé. Elle lui demande de se rappeler ce qu'il s'est passé dans son enfance. Il lui répond qu'il ne se rappelle de rien si ce n'est qu'il l'aime. Elle pense qu'il est médecin, car il a des connaissances biologiques. Il essaie de comprendre le meurtre. Il devait être le malade qui était au côté d'Edwardes et est convaincu qu'il est l'assassin. Constance lui explique qu'il fait un complexe de culpabilité. Elle voit sa main brûlée avec une opération qui serait survenue il y a 6 mois environ.

    Ils doivent fuir, car leur photo a été publiée dans le journal et qu'ils ont été reconnus. Constance demande deux places pour Rome-Géorgie. Ils vont finalement à Manchester chez un docteur qui a psychanalysé le Dr Petersen. Comme médecin, "vous êtes exaspérante," affirme Petersen, car il est éperdu d'amour et elle cherche à l'analyser. Elle pense qu'il est allé à Rome. Ils arrivent chez le Dr Brulov, éminent psychanalyste (56 minutes). Des policiers questionnent Alex Boulov sur le Dr Edwardes qu'il connaissait. Alex les accueille à bras ouverts, il est content de retrouver son ancienne assistante qu'il trouvait très compétente.

    Constance se rend compte que JB est perturbé par le blanc comprenant des stries. La musique un peu dramatique, suivant le regard de JB, le rappelle lorsqu'il observe le lavabo blanc et tout ce qui l'entoure. Alex lui donne alors à boire un verre de lait contenant du bromure pour l'assommer ("de quoi assommer un taureau"), car il s'est douté de quelque chose. Alex le croit irresponsable.

    En allant faire du ski avec Constance, il se rappelle que son frère a eu un accident, il s'en est senti coupable. Il se souvient de son nom: John Ballantines.

    Les policiers viennent voir J.B et Constance. Ils ont découvert qu'Edwardes est mort d'une balle de révolver. "Tant que j'aurai la force de lutter pour lui, rien ne m'arrêtera", Constance à Alex. Constance découvre que c'est Murchinson qui est le coupable. Il a tué Edwardes qui devait prendre sa place en tant que directeur. Murchinson braque alors Constance qui a deviné la vérité. Finalement, il se suicide et John Ballantines est libéré. L'amour a vaincu.

    Citations

    "C'est mon inconscient qui se révolte", une patiente de docteur Constance Petersen (Mademoiselle Michelle) . Elle explique qu'elle ne supporte pas les hommes et qu'elle ne cesse de mentir.

    "Dites-moi tout ce qui vous vient à l'esprit." Docteur Constance Petersen à sa patiente.

    "Vous n'avez aucun sens de la vie. Vous abordez tous les problèmes avec un frigidaire."  Dr Fleurot  qui veut séduire le Dr Petersen et s'insurge contre sa froideur.

    "Chez un médecin, une absence totale de connaissance passionnelle est une lacune."Dr Fleurot   à Petersen.

    "J'ai décelé le germe d'un instinct maternel envers le Dr Edwardes." Dr Fleurot. Il ajoute qu'elle ait "un glacier humain, champion de la vérité."

    Le Dr Petersen critique les poètes qui disent que "l'amour serait une symphonie pastorale ou une chorale d'anges."

    "Pauvre fille, elle se dessèche à travailler. Il lui manque un élément passionnel dans la vie." Dr Fleurot en parlant de Constance.

    "Je sais pourquoi vous êtes venue, parce qu'un miracle s'est produit en nous. (...) C'est comme si la foudre avait éclaté." Edwardes à Constance.

    "J'en ai assez de vos airs supérieurs et de vos divagations absurdes", JB à Constance (1h01)

    "Vous connaissez son cerveau et non son coeur", Constance en parlant à Alex/ "La raison  n'est pas tout, le coeur voit quelquefois plus loin."

    "La cervelle d'une femme qui aime est ramené au niveau intellectuel le plus bas qui soit." Alex à Constance.

     

    Thèmes

    -La psychanalyse (faire surgir ce qui a été enfoui dans l'inconscient)

    -L'amour sauve de la mort et de la folie.

    -La mémoire et le souvenir

    -Question de l'identité et de son usurpation

    -Références à Salvador Dali qui a dessiné les scènes de rêve et d'hallucinations

     

    Distribution

    Et, parmi les acteurs non crédités :

     

    Pour voir le film sur youtube:

     

     

    « D'où viendrait la créativité et chez qui serait-elle la plus présente?12 jours de DEPARDON: un film sur l'enfermement psychiatrique »
    Partager via Gmail Yahoo!

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :